Bootstrap Image Preview

Les photographies cultes

Je tenais à vous présenter des photos qui me rendent fière de mon métier de photographe. Certaines photographies ont traversé les époques, ont parfois fait bouger le monde ou témoignent d’un événement historique. Ce sont ces photos qui m’ont notamment donné envie de me lancer dans la photographie et qui évoqueront certainement quelque chose pour vous.

« Tank man »

Charlie Cole a marqué l’histoire avec sa photo mondialement célèbre de l’ « Homme au char », ce manifestant anonyme qui protestait lors de l’arrivée des tanks de l’Armée populaire de libération sur la place Tiananmen. Cette photo est incroyable car elle représente d’un côté la violence de la répression armée et de l’autre l’acte pacifique et non-violent de ce manifestant. Ce cliché a été pris en juin 1989, par Charlie Cole, un photographe célèbre qui travaillait pour le magazine Newseek.

Marilyn Monroe sur la bouche de métro

Soixante ans après, cette photo est toujours l’une des photos les plus connues et qui continue à évoquer quelque chose à toutes les générations, même celles qui n’ont jamais connu Marilyn. On y voit Marilyn Monroe dans une magnifique robe blanche, soufflée par une bouche d’aération dans le métro new-yorkais. L’icône d’Hollywood tournait à ce moment-là le film « 7 ans de réflexion » de Billy Wilder. C’est Sam Shaw, présent sur le tournage et photographe qui a produit de nombreux clichés de Marilyn, qui a capturé ce moment sensuel, en 1954.

« Guerillero Heroico »

Cette photo est non seulement reconnaissable partout dans le monde mais c’est très certainement l’image qui a été la plus reproduite sur un ensemble de gadgets et de produits de merchandising. Alberto Korda, photographe personnel de Fidel Castro, a tiré le portrait de Che Guevara, qui sera à jamais l’un des symboles fort de la révolution. Ce photographe cubain avait comme mission de mitrailler Fidel Castro à longueur de journée. Le 5 mars 1960, il accompagne Castro aux funérailles des victimes d’un naufrage. D’autres illustres personnalités sont présentes, comme Simone de Beauvoir ou Jean-Paul Sartre. Ce jour-là, il a comme matériel photographique son Leica 90 mm, lorsqu’il voit le Che surgir dans la tribune. Son apparition est furtive, le photographe se rend immédiatement compte de son air grave et prend deux clichés, sans avoir même le temps faire la mise au point. Des deux clichés, c’est le premier qui sera le bon. Malgré la qualité de l’image qui n’est pas des plus exceptionnelles, cette photo connaitre un succès fulgurant à la mort du Che en 1967. Le photographe ne touchera jamais aucun droits d’auteur pour la photo.

La langue d’Albert Einstein

Jamais plus le photographe Arthur Sasse n’a réussi à faire un cliché aussi célèbre que celui d’Albert Einstein qui tire la langue. Son cliché mythique, il l’a réussi en 1951. Le photographe travaillait pour l’agence américaine United Press International et suivait le célèbre physicien Albert Einstein. Le photographe accompagnait Einstein en déplacement, et on ne le sait pas forcément mais la photo a été prise dans une voiture. Il existe plusieurs versions du cliché où l’image n’est pas rognée. On se rend alors compte que le scientifique n’était pas seul. Autour de lui sont assis une femme et un homme. Pourquoi a-t-il tiré la langue ? Tout simplement car le photographe lui demandait de regarder dans sa direction pour prendre une dernière photo et que ça commençait à l’agacer. Une des photos originales, signée par Einstein en personne, a été vendue aux enchères en 2009 pour la somme de 74 324 dollars.

« L’homme qui tombe »

« The Falling Man » ou « L’homme qui tombe » est une photographie mythique qui nous rappelle tous l'effroi qu'on a ressenti au moment des attentats du World Trade Center, le 11 septembre 2001. L’image est effrayante et on imagine la douleur et le désespoir de cet homme qui a préféré se suicider en sautant d’une des tours touchées par l’attentat. L’incendie empêchait aux victimes des étages supérieurs de redescendre, certains préférant alors mettre un terme à leur vie en sautant. Parmi tous les clichés de guerre ou d’attentats qui sont devenus célèbres, celui-ci est le seul qui montre réellement une personne sur le point de mourir. Elle est très violente tout en étant significatrice d’une extrême liberté, celle de la liberté de choisir sa mort. En tout, 200 personnes auraient sauté des fenêtres des tours, avant qu’elles ne s’effondrent. Longtemps, l’identité de l'homme qui tombe est restée un mystère. Il semblerait finalement qu’il s’agisse de Jonathan Briley, le frère d’Alex Briley, l’un des chanteurs des Village People. La photographie tragique est l’œuvre du photographe Richard Drew, qui travaillait pour l’agence Associated Press.

« La fillette et le vautour »

Kevin Carter est une reporter photo sud-africain. Il a remporté le prix Pulitzer de la meilleure photo en 1994 pour son cliché « La fillette et le vautour ». Cette image poignante a permis d’alerter le monde et de faire connaître l’horreur de la famine au Soudan. Cette photo est à la fois terrible pour ce qu’elle montre mais aussi pour ce qu’elle va provoquer dans la vie du photographe. En 1993, Kevin Carter se rend au Soudan pour photographier les horreurs de la guerre civile et de la famine qui touche le pays. Il photographie une fillette famélique recroquevillée sur elle-même. Derrière elle se trouve un vautour. La composition de l’image est terrible puisqu’elle laisse penser que le charognard attend la mort de l’enfant pour se nourrir. La photo fait le tour du monde mais sa notoriété déclenche de nombreuses polémiques. Rapidement, au lieu de reconnaître la qualité de la photo, le monde s’indigne de voir qu’un photographe a préféré prendre une photo plutôt que d'aller aider cette fillette. Le photographe a tenté de se défendre en dévoilant le contexte de sa photo. La fillette (qui en réalité était un garçon) a été prise au téléobjectif, ce qui veut dire que le photographe était très loin. Ensuite, le vautour n’était pas aussi proche qu’on le pense, la perspective étant faussée par le téléobjectif. Enfin, la mère de l’enfant était juste à côté mais elle n’a pas été photographiée. Quelques semaines après avoir reçu le prix Pulitzer, Kevin Carter se suicide, accablé par la polémique ainsi que la dépression qu'il traversait depuis la perte d'un ami.

Pour me contacter
contact (AT) procirep (POINT) net

Les sites que j'aime bien
Reporters sans frontiere
L'histoire de la photo sur Wikipedia
Les appareils Canon
Le site de l'atelier Robert Doisneau